Achats & Digital (2/4) – S’armer pour éviter les risques

L’environnement réglementaire toujours plus complexe et la croissance des incertitudes géopolitiques contribuent à l’augmentation des risques fournisseurs. Un contexte face auquel les directions achats réagissent.

Depuis les scandales financiers des années 2007/2008, la gestion des risques est redevenue une préoccupation majeure pour de nombreux directeurs achats. 57% des directeurs achats interrogés dans le cadre d’une étude Deloitte, placent ainsi la gestion du risque comme l’une de leur principale priorité pour 2017. Une préoccupation d’autant plus marquée que les risques sont protéiformes. Cette année, ils sont notamment relatifs à la faiblesse des marchés émergents et à leur volatilité, au risque géopolitique croissant (marqué par le Brexit, les politiques protectionnistes de certains pays comme les Etats-Unis ou encore les échéances électorales dans différents pays d’Europe, dont la France) ou encore à la possibilité d’une nouvelle crise de l’euro.

Réapparition du risque achats

Par ailleurs, 54% des répondants à l’étude Deloitte soulignent la réapparition du risque achats. Il comprend notamment la volatilité des matières premières, les ruptures d’approvisionnement et les défaillances fournisseurs. Beaucoup de grands donneurs d’ordres ont ainsi pris conscience que leur trop grande dépendance à un fournisseur ou le monopole d’un fournisseur sur son marché les exposaient à des risques dont les conséquences pourraient nuire à leur activité. Tout comme une rupture de la supply chain, l’incendie d’une usine ou encore une grève de transporteurs.

Cartographier et noter les risques fournisseurs

La gestion du risque fournisseurs (ou Supplier Information Management – SIM) est ainsi au cœur de la gestion des risques de toutes les entreprises. Avec plusieurs milliers de fournisseurs, le moindre défaut d’information ou de mise à jour de l’une des fiches fournisseurs peut faire courir à l’entreprise des risques importants. Parmi eux : amendes, problèmes d’images, de réputation, paiements sur un compte bancaire frauduleux… Pour se prémunir contre ces risques achats, une cartographie des fournisseurs est indispensable. De même, les acheteurs doivent s’assurer de la conformité aux lois et règlements spécifiques à chaque pays. Cela comprend l’éthique, la responsabilité sociale et la santé ainsi que la sécurité financière de leurs fournisseurs. Leur implication vis-à-vis de leur propre supply chain est également à prendre en compte.

Digitaliser les processus de gestion du poste fournisseurs

Collecter, identifier et classer les risques fournisseurs permet de les comprendre, les prévenir et les gérer. Pour cela, les acheteurs ont plusieurs possibilités. Il peuvent s’appuyer sur des partenaires extérieurs (sociétés d’information d’entreprises, assureurs crédits…), ou mettre en place des outils digitaux et des processus adaptés. Certains outils digitaux (tels que les communautés collaboratives adaptées à leur secteur d’activité) permettent d’améliorer leur visibilité sur des fournisseurs communs. Ils offrent également de réduire les coûts liés à la gestion et à la vérification des données fournisseurs. Les plates-formes ouvertes et les réseaux présentent en la matière un réel avantage. Ces solutions facilitent par exemple la mise à jour des produits et le partage de l’information. Ils s’interfacent également avec des applications tierces spécialisées par exemple dans le suivi des risques inhérents à la chaîne logistique.

Impliquer les fournisseurs dans le processus de maîtrise des risques

Tout l’enjeu consiste également à mobiliser ses fournisseurs pour qu’ils participent à cette démarche de sécurisation des risques. Une des façons les plus efficaces pour les inciter à s’inscrire dans ce cercle vertueux consiste à leur demander de mettre à jour eux-mêmes les informations les concernant. Il s’agit pour cela d’envoyer des requêtes automatiques en temps réel. Pour être efficiente, une telle approche doit néanmoins être associée à un processus de vérification complémentaire.


Vous aimerez aussi :
Achats & Digital (1/4) – La nouvelle donne
Achats & Digital (3/4) – Cultiver son cashflow
• Achats & Digital (4/4) – Objectif réduction des coûts


Supplément partenaire réalisé et animé par American Express. La rédaction des Echos n'a pas participé à sa réalisation.

Inspirez-vous. Informez-vous


Ne manquez rien
de l'actualité business !

Recevez une fois par mois la newsletter InstinctBusiness.

Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Pour exercer ce droit, contactez : American Express Carte France, GCP, 4 rue Louis Blériot, 92561 RUEIL MALMAISON Cedex. Données collectées à des fins commerciales.