Faut-il complimenter les collaborateurs ?

k4_000308549

Ce n’est pas grand chose mais ça change tout ! Le compliment serait source d’implication, d’engagement, de mobilisation… Pourtant, il tendrait à se faire rare au sein des organisations.

Le compliment fait partie des besoins vitaux. C’est le psychologue américain Abraham Maslow qui le dit ! Cet appétit pour la reconnaissance existe aussi, bel et bien, au sein de l’entreprise. A la question « Avez-vous besoin d’être complimenté pour vos actions ? », la réponse est « oui » pour 99 % des plus de 55 ans, 98 % des 35-44 ans, 94 % des 25-34 ans, 90 % des 45-54 ans (selon le sondage réalisé, auprès de 20.000 personnes, par la plateforme de recrutement Qapa). Les plus jeunes sont moins en demande : ils sont 71 % à répondre par l’affirmative. « Pour la plupart, l’expérience professionnelle se résume à un job d’été ou à un premier emploi. Ces profils prennent de façon positive tout ce qui vient et ils ont une relation plus détachée vis-à-vis de l’entreprise », analyse Stéphanie Delestre, PDG de Qapa.

Par ailleurs, les jeunes semblent se sentir déjà suffisamment valorisés. A la question « vos supérieurs vous complimentent-ils souvent pour votre travail ? », 70 % des 18-24 ans jugent que c’est effectivement le cas. Contrairement à leurs aînés : ils ne sont que 30 % chez les 45-54 ans, 32 % chez les 35-44 ans, et 44 % chez les 25-34 ans. « Les moins satisfaits sont ceux qui abordent la crise de la quarantaine, l’heure des doutes et de la critique facile », estime Stéphanie Delestre. De son avis, « la crise économique est passée par là et une pression réelle s’est installée dans les entreprises : obnubilés par l’atteinte des objectifs, les managers omettent de congratuler les membres de leur équipe ».

Pourtant, l’absence de reconnaissance semble nuire à la productivité. 52 % des répondants indiquent qu’ils se vexent s’ils ne reçoivent pas de compliment pour la réussite d’une tâche (le taux atteint 71 % chez les 35-44 ans et 66 % chez les plus de 55 ans). « La valorisation est source d’implication de la part des collaborateurs. En outre, cela fait plaisir et instaure une bonne ambiance de travail, donc ça contribue à fidéliser les talents et participe à la culture d’entreprise », pointe Stéphanie Delestre. Attention, toutefois, à manier l’éloge avec spontanéité. « Le compliment n’est efficace que s’il est sincère et pas galvaudé », conclut-elle.

 

Julie Le Bolzer

Supplément partenaire réalisé et animé par American Express. La rédaction des Echos n'a pas participé à sa réalisation.

Inspirez-vous. Informez-vous


Ne manquez rien
de l'actualité business !

Recevez une fois par mois la newsletter InstinctBusiness.

Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Pour exercer ce droit, contactez : American Express Carte France, GCP, 4 rue Louis Blériot, 92561 RUEIL MALMAISON Cedex. Données collectées à des fins commerciales.