Les dépenses de voyage d’affaires augmentent

La croissance pour 2017 est estimée à 2,5 %, selon le baromètre Amex GBT. La hausse est tirée par l’Europe avant les Etats-Unis.

Après une hausse modérée des dépenses de voyages d’affaires, de 1 % en 2016, et des perspectives meilleures pour 2017, avec une progression estimée à 2,5 %, tirée essentiellement par les ETI et TPE, le marché des déplacements professionnels se veut optimiste. Malgré un contexte géopolitique troublé, qui ne semble avoir à ce stade que peu d’impact sur l’activité.

Tel est le principal enseignement du Baromètre annuel européen American Express Global Business Travel (GBT), basé sur une enquête auprès d’un millier d’entreprises dans 11 pays. Les prévisions de croissance des dépenses s’avèrent toutefois variables selon les pays. En Europe, l’Italie caracole en tête, à + 4,6 % (mais après une année très en retrait), suivi du Royaume-Uni (+2,8 %), du Benelux (2,4 %) et de l’Espagne (+2,2 %). Si les marchés français (+ 0,4 %) et allemand (+0,3 %) sont frappés d’atonie, l’Europe devrait néanmoins rester la zone générant le plus de dépenses (voir graphique) avec la plus forte expansion cette année, devant l’Amérique du Nord.

L’optimisation des coûts est l’élément central de la politique voyage : plus de la moitié des entreprises considèrent qu’elle peut être encore améliorée, par un plus strict encadrement des dépenses. Si pour 43 % des répondants le levier principal de rationalisation consiste à agir sur les coûts directs, pour 40 % d’entre eux, des économies sont d’abord à réaliser du côté des coûts indirects, par une meilleure organisation interne ou une automatisation des processus. La visioconférence monte en puissance pour les meetings internes, les déplacements externes étant considérés comme des investissements, pour maintenir ou conquérir des marchés. Pour 17 % des entreprises interrogées, dans ce cas, il faut miser sur un meilleur confort des voyageurs contribuant à améliorer leur efficacité.

La sécurité est une préoccupation majeure : 67 % des sondés disent avoir mis en place des dispositifs de suivi et de traçabilité de leurs collaborateurs en 2016 (en hausse de 5 points par rapport à 2015).

Enfin, on voit émerger un profil de voyageur d’affaires proactif, « co-constructeur » de la politique de déplacements de sa société. Si le tiers des entreprises mesurent la satisfaction des voyageurs, les firmes françaises s’en préoccupent moins que la moyenne (22 % seulement).

Accélérateur de business

Globalement, la perception de la dimension stratégique du déplacement d’affaires se renforce : 45 % des interrogés jugent sa contribution essentielle au développement de l’entreprise (28 points de plus en trois ans). « Le voyage est perçu comme un accélérateur de business, nécessitant d’autant plus une gestion optimale. L’agence intervient comme intégrateur de contenus », note Guillaume Col, PDG France, Benelux et Europe du Sud de Amex GBT. 80 % des sociétés travaillent avec au moins une agence, laquelle doit s’ouvrir de plus en plus aux offres alternatives et diversifier les canaux de réservation en intégrant le mobile.

 

Martine Robert


Supplément partenaire réalisé et animé par American Express. La rédaction des Echos n'a pas participé à sa réalisation.

Inspirez-vous. Informez-vous


Ne manquez rien
de l'actualité business !

Recevez une fois par mois la newsletter InstinctBusiness.

Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Pour exercer ce droit, contactez : American Express Carte France, GCP, 4 rue Louis Blériot, 92561 RUEIL MALMAISON Cedex. Données collectées à des fins commerciales.