French et bankable, Ogury nous cible sur mobile

Spécialisée dans le ciblage publicitaire sur mobile, Ogury – structure créée par deux « Frenchies » – vient de lever 15 millions de dollars et prépare un déploiement mondial. Interview de Jean Canzoneri, co-fondateur de cette entreprise aux appétits d’ogre.

Quel est le périmètre de Ogury ?

L’aventure Ogury a débuté en mars 2014 avec mon associé Thomas Pasquet avec qui j’avais fondé quelques années auparavant BeeAd, revendu ensuite à Teads. Ogury génère 30 millions d’euros de chiffres d’affaires et compte aujourd’hui une centaine de collaborateurs et 6 bureaux : à Londres, Paris, Milan, Rome, Madrid et depuis quelques semaines à New-York. Nous visons 60 millions d’euros générés fin 2017 et 200 millions en 2018.

« Nous misons avant tout sur notre innovation technologique qui n’a pas d’équivalent. » Jean Canzoneri, co-fondateur de Orgury

illustration d'un téléphone et de la data par OgurySur quoi repose votre business model ?

Nous avons implémenté un code SDK dans plus de 10.000 applications, lesquelles donnent accès à plus de 300 millions de profils. Lorsqu’un utilisateur ouvre une de ces apps pour la première fois, nous – Ogury – lui demandons s’il est d’accord pour que nous collections de la data via sa navigation Internet. Si oui, cela lui permet de recevoir de la publicité ciblée et nous, de récolter en temps réel de la donnée pour des études clients. Nous sommes à la fois une « mobile data platform » doublée d’une agence d’études.

L’ouverture de ce bureau américain coïncide avec votre dernière levée de fonds record, en septembre, de 15 millions de dollars… Comment appréhendez-vous cette conquête du marché US ?

Le marché américain n’est pas si spécifique si on le compare au nôtre ; nous sommes donc très sereins. Nous misons avant tout sur notre innovation technologique qui n’a pas d’équivalent. Que vous soyez Français, Américain ou Coréen, si notre produit est bon, vous allez l’acheter. Voilà pourquoi, rien ne nous fait peur sur le marché US. Nous allons devoir ensuite très vite nous déployer sur le territoire, à Los Angeles avant la fin de l’année puis à Chicago et à Miami.

 

Comment avez-vous pensé le développement d’Ogury à l’international ?

Nous avons suivi le même chemin de croissance qu’avec BeeAd. Dès le début, nous savions ainsi que la technologie Ogury était la bonne et qu’il fallait, pour ne pas perdre de temps et prendre de la place sur le marché, nous étendre rapidement en Europe d’abord, puis aujourd’hui aux Etats-Unis.

Ce développement – certes fulgurant – vous oblige-t-il à devenir un « acteur monde » ?

Nous avons pris la décision d’ouvrir dès l’année prochaine un bureau en Scandinavie et des hubs à Singapour, à Dubaï, en Corée et en Australie ce qui devrait doubler le nombre de nos salariés. Mais pour réussir ce développement mondial, nous devons aussi investir massivement dans notre technologie. Nous voulons que nos clients, très vite, puissent faire directement leurs études marketing via un outil Ogury on-line en self-service, sans avoir à nous appeler (ce qui est le model actuel). Ce nouvel outil nécessite des investissements assez conséquents.

Quid de la Chine, premier marché mondial du mobile ?

C’est un pays à part avec des produits mis en place et des acteurs très spécifiques que nous allons attaquer d’abord via notre futur hub singapourien. Nous pourrons l’attaquer directement à partir de 2019 mais pas avant. Nous avons d’ici là beaucoup de choses à faire…

Si vous regardez dans le rétroviseur, quelles ont été les étapes clés de votre parcours entrepreneurial ?

Nous avons eu la chance, avec Thomas, au sortir de nos études à l’ESC Grenoble de nous engouffrer dans la vidéo publicitaire en créant BeeAd. Nous avons mis les doigts dans la bonne prise alors que nous ne connaissions rien à ce marché. Ça a été au feeling et le succès a été fulgurant. À partir de là, tout est allé très vite. Nous avons finalement été très chanceux.


Supplément partenaire réalisé et animé par American Express. La rédaction des Echos n'a pas participé à sa réalisation.

Inspirez-vous. Informez-vous


Ne manquez rien
de l'actualité business !

Recevez une fois par mois la newsletter InstinctBusiness.

Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Pour exercer ce droit, contactez : American Express Carte France, GCP, 4 rue Louis Blériot, 92561 RUEIL MALMAISON Cedex. Données collectées à des fins commerciales.