CES 2017 : 15 start-up françaises de l’Internet des Objets enchantent Las Vegas

k4_000304125

Le Consumer Electronics Show de Las Vegas, qui ouvre ses portes au grand public aujourd’hui, a consacré une trentaine d’entreprises françaises parmi les plus innovantes du salon. La plupart basent leur innovation sur l’internet des objets.

Mardi en fin de journée, il régnait une atmosphère très parisienne dans le salon feutré du Mandala Bay de Las Vegas. Au milieu des 200 entreprises sélectionnées par le CES pour être présentées en avant-première à la presse, plusieurs dizaines de pépites tricolores et de nombreuses conversations en français, ou dans un anglais laissant poindre un accent sans équivoque.

42 Tea

La très jeune entreprise française ambitionne d’aider les amateurs de thé à prendre le plus de plaisir possible grâce à un cube intelligent. Posé sur le sachet de thé, cette box reconnaît ses caractéristiques grâce à une base de données de plus de 30.000 références, et donne des indications sur la meilleure façon de le préparer. Jetée dans le dispositif chauffant, elle est par exemple capable de vous notifier le moment où l’eau sera à la parfaite température. 42 Tea va attaquer sa phase de commercialisation au printemps et vient déjà de passer un partenariat avec Boulanger pour être proposée dans le rayon des bouilloires.

Cosmo Connected

Voilà un objet que l’on pourrait bientôt voir sur les routes françaises et ailleurs. Avec son feu stop connecté pour 2 motos qui s’installe à l’arrière d’un casque, Cosmo Connected entend sauver des vies et améliorer le comportement des conducteurs. Via son gyroscope, Cosmo détecte les décélérations, mais aussi les chutes. Après plusieurs messages envoyés au pilote, il déclenche un appel aux secours en leur envoyant les coordonnées GPS. Grâce à un partenariat scellé avec les Codes Rousseau, l’objet sera distribué dans les auto/moto école françaises.

Joy

Avec plus d’un million de dollars réunis via Kickstarter et Indiegogo, la pépite française va pouvoir développer l’écosystème autour de sa montre connectée pour jeunes enfants. Cet objet connecté permet de créer des routines pour les plus petits et leur donner plus rapidement de l’autonomie. Basée à Annecy et San Francisco, la jeune pousse vient de boucler une levée de fonds de 1,5 million de dollar auprès de business angels, dont Angélique Gérard, bras droit de Xavier Niel, et bénéfice du soutien du fonds SOSV qui pilote notamment l’accélérateur hardware chinois HAX.

Lovebox

Comment garder le contact avec les gens que l’on aime, mais qui sont éloignées ? C’est la question à laquelle a souhaité répondre la jeune start-up qui fabrique une boite en bois connectée avec un écran qui reçoit des messages via une application. En pré-vente jusqu’au mois de juin, l’objet est déjà proposé aux Galeries Lafayette. Son fondateur vise la vente de 10.000 unités pour atteindre son point d’équilibre, avant d’envisager de nouvelles fonctions, comme la transmission de photos et de vidéos.

Miliboo

Le site d’ameublement et d’objets déco qui fête ses 10 ans propose un miroir connecté sous Android. Il permet de paramétrer les informations proposées sur l’écran OLED en fonction des différents profils de la famille, que ce soit du texte, des vidéos, ou de la musique. Après avoir ouvert des boutiques physiques à Paris et à Lyon, la pépite se lance cette année à New York.

> A lire : Avec Miliboo, chacun peut concevoir son mobilier intérieur

PKvitality (PKparis)

La filiale de PKparis révolutionne le tracking des marqueurs physiologiques comme la glycémie sans prélever de sang, ni provoquer de douleur. Les capteurs « lisent » la peau du porteur et peuvent s’intégrer dans de nombreux objets, comme les montres, des bracelets ou des brassards connectés. Pour assurer sa phase d’industrialisation et passer les tests de la FDA aux Etats-Unis, la jeune pousse recherche environ 5 millions d’euros.

> A lire : Crowd Equity : PKparis lève 700.000 euros en deux mois

Plume Labs

Avant de combattre la pollution, il faut la comprendre. C’est ce à quoi s’attache la jeune pousse tricolore qui présente au CES son boîtier Flow. Un objet qui permet de mesurer en temps réel le niveau de particules fines ou d’ozone par exemple et de les pousser vers une application via bluetooth. Plume Labs avait déjà annoncé avoir levé 4 millions d’euros en novembre dernier, et pourrait livrer ses premiers clients au printemps prochain.

> A lire : Plume Labs, la start-up qui mesure la pollution de l’air, lève 4 millions d’euros

SevenHugs

La télécommande proposée par la jeune pousse qui a réunit 1,1 million de dollars de précommande via Kickstarter veut piloter les objets connectés de la maison. Géolocalisée, elle peut être paramétrée pour déterminer une fonction en fonction de l’endroit où elle pointe. Elle peut par exemple donner la météo en la dirigeant vers la fenêtre, ou commander un Uber lorsqu’elle vise la porte d’entrée. Après avoir levé 13 millions d’euros en juin dernier, la pépite va passer en phase d’industrialisation.

UrbanHello

Déjà sélectionnée en 2016 par le CES, la pépite a déjà pivoté pour mettre l’accent sur son nouveau produit, Remi. Cet objet connecté est dédié au sommeil des tous-petits grâce à des capteurs qui mesurent la température, le niveau sonore et les bruits de l’enfant durant la nuit. Paramétrable via une application, il fait également office de babyphone, de veilleuse, de lecteur MP3, d’enceinte bluetooth.

Wistiki

La jeune pousse qui a enflammé le CES avec son objet permettant de retrouver ses clés ou son portefeuille, propose une nouvelle référence dans sa gamme dessinée par Philippe Starck. Avec Ahâ, c’est désormais aux propriétaires d’animaux de compagnie que Wistiki s’adresse.

> A lire : Wistiki, nouvelle star des objets connectés

Yumii

La start-up lilloise est l’une des attractions de cette journée dédiée à la presse. Avec son robot baptisé Cutii, Yumii propose un compagnon virtuel qui doit aider les personnes âgés à rester autonome le plus longtemps possible, mais créer surtout tout un écosystème où des services pourront être proposés par des tiers, comme des séances de sophrologie par exemple. Yumii se focalise cette année sur l’ergonomie de son produit et prépare un lancement dans le monde entier dès 2018.

Quatre autres jeunes pousses françaises ont été retenues dans la sélection du CES :

Hap2U

Créée il y a tout juste un an après sept années de recherches à Grenoble, la jeune pousse propose de créer des sensations tactiles sur les écrans de tablettes et de smartphone. Si le produit présenté est encore volumineux, l’équipe de 10 personnes travaillent à l’intégrer directement dans les « touch screen » à un coût raisonnable. Sa technologie basée sur un principe mécanique se distingue de son concurrent américain Tanvas et peut fonctionner dans des environnements plus complexes. Après avoir réunit 550 000 euros l’an passé, Hap2U prépare une nouvelle levée de fonds pour le printemps prochain.

In&Motion

L’inventeur de l’airbag pour skieur développe un nouveau produit à destination des conducteurs de 2 roues. Financée par le programme de recherche et développement de l’Union Européenne, la jeune pousse recherche 500 motards pour tester l’ergonomie de sa veste et emmagasiner des données et affiner ses algorithmes prédictifs de chute.

Klaxoon

Cette pépite EdTech dévoile un nouvel objet connecté qui a la forme d’une loupe, et qui transforme n’importe quel écran en support de travail. Celui-ci renvoie à la cession Klaxoon partagée par les employés de l’entreprise qui réfléchissent à un ou plusieurs sujets simultanément, et permet le « transport » de l’ensemble des données déjà échangées. La quasi totalité des entreprises du CAC40 utilisent déjà le service.

kalxoon-the-loupe_533x267p

> A lire : Klaxoon, la start-up dans laquelle vient d’investir Xavier Niel

Wair

Avec son masque filtrant, Wair s’établit comme l’une des start-up en pointe dans la lutte contre la pollution. Son filtre multicouche qui peut se détacher et doit être régulièrement changé, permet d’arrêter microparticules, pollens et divers gaz. Dans un mode encore prototype, cet accessoire de mode peut également intégrer un mini-ventilateur qui ramène de l’air frais à celui qui le porte.

> A lire : Neolys Diagnostics, Hydrao et Wair, 3 start-up passées par Big Booster

Guillaume Bregeras

Supplément partenaire réalisé et animé par American Express. La rédaction des Echos n'a pas participé à sa réalisation.

Inspirez-vous. Informez-vous


Ne manquez rien
de l'actualité business !

Recevez une fois par mois la newsletter InstinctBusiness.

Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Pour exercer ce droit, contactez : American Express Carte France, GCP, 4 rue Louis Blériot, 92561 RUEIL MALMAISON Cedex. Données collectées à des fins commerciales.