Un tiers des entreprises ont amélioré leur compétitivité en 2016

k4_000303487

33 % des entreprises ont vu leur compétitivité progresser en 2016 selon un sondage Opinion Way pour Randstad. Parmi les trois leviers clefs de performance, la bonne gestion des ressources humaines qui sous-entend dialogue social et flexibilité.

En dépit du contexte économique chahuté, rares sont les entreprises qui ont observé une dégradation de la performance en 2016. Selon un sondage Opinion Way pour Randstad Inhouse Services, la compétitivité est restée stable pour la majorité entre elles. 7 % ont accusé le coup, mais surprise, une entreprise sur trois a constaté une progression de sa rentabilité. Parmi les trois principaux déterminants de compétitivité cités par les 600 établissements interrogés, la stratégie commerciale (66 % des réponses), l’innovation (50 %) et la gestion des ressources humaines (42 % des citations), loin devant la politique de prix, les investissements et le business modèle.

Dans le détail, 66 % des entreprises placent la qualité du dialogue social comme le premier critère constitutif de vitalité. « Les syndicats sont passés d’une logique conflictuelle, souvent basée sur l’idéologie, à une logique de recherche du consensus, pour le bénéfice partagé des acteurs de l’entreprise », décrypte François Béharel, président de Randstad. Deuxième critère d’amélioration de la compétitivité, la flexibilité qui a « un coût financier », rappelle le sondage. S’appliquant à la fois aux périodes de hausse et de baisse d’activité, elle se traduit par un ajustements sur les contrats courts _arrêt des CDD et des contrats d’intérim_ ou a contrario par une extension de la masse salariale. Elle s’exerce aussi sur le temps de travail à travers une adaptation des horaires et des heures supplémentaires. « La compétitivité RH dépend de la maîtrise des coûts et d’un fin pilotage de la masse salariale mais va de pair avec l’optimisation des compétences, la polyvalence et le réaffectation des salariés sur plusieurs postes », souligne François Béharel, qui ajoute qu’ « un taux de turn-over suffisant fait également partie des indicateurs clefs ». Le taux de rotation, coûteux à court terme, peut révéler une contribution positive sur le long terme. En revanche, selon le sondage, le gel des salaires, le chômage partiel et la délocalisation se montrent moins efficients.

L’étude démonte une autre idée reçue à propos de la gestion de l’engagement des salariés. Majoritairement traitée par les entreprises sous l’angle de la qualité de vie au travail (horaires flexibles, télétravail etc.) et de l’amélioration des pratiques du management (people survey, formation, responsabilisation, etc. ), la motivation se forge aussi sur des arguments monétaires, rappelle le dirigeant: « S’extraire des sempiternels débats autour de la NAO pour rechallenger les systèmes de bonus permet d’obtenir des résultats individuels positifs » .

Interrogés sur les facteurs externes de compétitivité, les opérationnels reconnaissent que si des facteurs macroéconomiques (baisse du pétrole, des taux d’intérêt, de l’euro etc.) ont amélioré le tableau, une réduction du coût du travail et une plus grand stabilité du cadre réglementaire seraient bienvenus. L’une des rares réformes plébiscitées est celle du CICE qui a contribué, selon les DRH, à restaurer leurs marges et à rétablir une part de leur compétitivité perdue depuis la crise financière de 2008. Ces derniers n’attendent en revanche aucune retombée de la loi Travail.

 

Marie-Sophie Ramspacher

Supplément partenaire réalisé et animé par American Express. La rédaction des Echos n'a pas participé à sa réalisation.

Inspirez-vous. Informez-vous


Ne manquez rien
de l'actualité business !

Recevez une fois par mois la newsletter InstinctBusiness.

Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Pour exercer ce droit, contactez : American Express Carte France, GCP, 4 rue Louis Blériot, 92561 RUEIL MALMAISON Cedex. Données collectées à des fins commerciales.