Où trouver la santé financière d’une entreprise dans le compte de résultat ?

0

Lorsqu’il s’agit d’interpréter la santé financière de l’entreprise, le bilan et la perte de résultat restent les instruments privilégiés des analystes. Mais comment ne pas se perdre en nombre ?

L’analyse des chiffres est bonne, mais il faut commencer par comprendre de quoi nous parlons et identifier les chiffres clés.

A lire également : Comment faire pour signer un contrat d'apprentissage ?

Nous nous concentrerons sur les bases et vous donnerons les clés de cette analyse

Capital de l’entreprise : le « trésor de guerre » de l’entreprise est le premier indicateur de la santé financière

A lire en complément : Quels sont les métiers en apprentissage ?

Comment les trouver : Les capitaux propres sont en tête des passifs du bilan. La meilleure définition que l’on puisse donner est que le capital est un « trésor de guerre », c’est-à-dire sa richesse intrinsèque.

Les capitaux propres sont le premier indicateur de la richesse accumulée de l’entreprise. Les banquiers et autres interlocuteurs commencent toujours à regarder ces capitaux familiers, carreprésentent ce qui resterait dans la banque si l’entreprise parvenait à vendre tous ses actifs (en particulier ses investissements) et à payer toutes ses dettes.

Les capitaux propres sont ceux qui appartiennent aux actionnaires.

Pour analyser la solvabilité de l’entreprise, des dettes financières sont appliquées au même capital afin d’analyser sa capacité à rembourser ses dettes.

Grandes masses de bilan, fonds de roulement : comparaison entre les immobilisations et les dettes financières, et comparaison des actifs en circulation et des dettes circulaires

L’entreprise investit dans des biens durables, pour les utiliser à moyen ou long terme : ce sont des immobilisations.

Afin de déterminer si ces actifs sont correctement financés, il est utile de comparer leur valeur nette (après amortissement) avec les dettes financières et le capitalcapital, afin d’analyser l’ajustement approprié entre ces éléments.

L’entreprise a des réclamations : par exemple, ses clients sont redevables d’argent. De même, il a des dettes à court terme : par exemple, il doit de l’argent à ses fournisseurs.

Ces grandes masses d’actifs en circulation doivent être comparées à des actifs passifs circulants.

Ces comparaisons peuvent parfois révéler des déséquilibres internes du bilan : mauvais financement des investissements, déséquilibres de trésorerie… Ainsi, nous pouvons constater que les flux de trésorerie négatifs ne proviennent pas du problème de la rentabilité, mais d’une « mauvaise gestion » qui menace l’existence même de l’entreprise.

État des résultats : marge brute, EBE (excédent brut d’exploitation) et bénéfice

Trois éléments essentiels du compte de profit :

1. Marge brute, c’est-à-dire un chiffre d’affaires inférieur à achats directs (biens, matières premières, sous-traitance). Cette marge brute est la capacité principale de l’entreprise à alimenter la totalité de la facture de bénéfices. Il s’agit d’un indicateur clé du pic du bilan des bénéfices, mis en perspective avec les entreprises du même secteur d’activité pour mesurer son efficacité économique.

2. EBE : ce chiffre est un indicateur de performance qui décrit la trésorerie brute générée par l’entreprise sur une certaine période de temps. Les banquiers et les analystes financiers observent systématiquement l’EBE. Cet EBE sert souvent de base au calcul de la valeur d’une entreprise.

3. Résultat net : apparemment, c’est le chiffre le plus important, car il s’agit du dernier indicateur de la performance de l’entreprise. Chaque entreprise a un appel fondamental à réaliser un bénéfice net. Il se trouve dans le rapport sur les bénéfices, mais il peut également être trouvé dans le bilan, côté passif sous le titre « Capitaux propres ».

En conclusion, avant d’examiner les détails du bilan et perte de profit de l’entreprise, voir ses 5 chiffres clés : fonds propres, fonds de roulement, marge brute, EBE et résultat net

Les chiffres sont très abondants dans le bilan du comptable, donc, pour faire la première analyse, il vaut mieux passer à l’essentiel.

Partager.