Woodoo : ce bois bionique qui casse la baraque

À seulement 29 ans Timothée Boitouzet, ce prodige français – doublement formé à l’architecture et aux sciences moléculaires – est l’inventeur d’un matériau révolutionnaire : le bois bionique.

Comment à seulement 29 ans, êtes-vous arrivé à inventer le premier matériau bionique à base de bois ; un matériau qui ne s’enflamme pas, ne pourri pas et ne se déforme pas ?

C’est une longue histoire… Mais pour résumer, je dirais que c’est grâce au Japon. Un pays que j’ai découvert dans le cadre de mes études en architecture et où j’ai travaillé pour les cabinets Sanaa et Kuma, mondialement reconnus pour leur travail de la pierre et du bois. À leur contact, j’ai réalisé que la vraie différence en architecture, au-delà du geste artistique, réside dans la performance des matériaux utilisés. La réelle valeur ajoutée se cache en effet dans l’ADN technique du bâtiment. J’ai alors décidé de poursuivre des études en biologie moléculaire en intégrant un cursus spécialisé dans la science des matériaux à Harvard en collaboration avec le Media Lab du Massachusetts Institute of Technology (MIT). J’y ai travaillé exclusivement le bois pendant deux années afin de lui conférer de nouvelles caractéristiques. Cela a donné ce bois bionique…

Timothée Boitouzet de l'entreprise WoodooQuelles sont les caractéristiques techniques de cette innovation récompensée en décembre, aux derniers Grands Prix de l’Innovation de la Ville de Paris ?

Mon procédé permet d’obtenir – en extrayant la lignine du bois – un matériau translucide qui est imputrescible, plus rigide et plus résistant au feu que le bois d’origine. Toutes les essences peuvent ainsi être transformées, notamment le pin, le peuplier ou encore le tremble, qui sont des bois réputés fragiles ou de mauvaises constitutions. Cette innovation n’est ainsi tributaire d’aucune variété en particulier, encore moins de bois exotiques, qui se font rares, comme on le sait. Avec un même procédé, nous pouvons obtenir une infinité de produits différents en fonction de l’essence choisie.

Quelles sont les ambitions industrielles de Woodoo, la start-up que vous avez créée pour « porter » cette innovation de bois bionique ?

Woodoo va permettre de fabriquer ce bois bionique « made in France » pour le marché du mobilier et du packaging lié au luxe. Mais cette innovation est destinée à plus long terme à être utilisée dans l’architecture. Sur des marchés plus spécifiques, nous sommes également ouverts à des joint-ventures possibles et à la conception de licences d’exploitation. Nous avons déjà de nombreuses sollicitations en provenance du milieu du luxe, de l’automobile, de l’aéronautique, du nautique, de la grande consommation. Partout où l’industrie utilise le bois, elle peut avoir recours à notre technologie. Aujourd’hui, nous sommes en train de faire nos études d’industrialisation avant de contractualiser avec nos clients et d’acquérir une première unité de production.

Avec votre profil international pourquoi avoir choisi de développer et d’entreprendre ce projet en France ?

J’aurais en effet très bien pu développer cette innovation aux Etats-Unis. Mais je veux participer au renouveau de la filière bois en France, laquelle affiche un déficit annuel de 5,8 milliards d’euros. Il y a énormément de choses à faire mais notre marché manque énormément de synergie et d’innovation pour être compétitif à l’international. J’ai l’intime conviction que ce nouveau matériau – au bilan carbone très faible comparé à d’autres types de construction – peut devenir incontournable dans la ville du 21e siècle.


Supplément partenaire réalisé et animé par American Express. La rédaction des Echos n'a pas participé à sa réalisation.

Inspirez-vous. Informez-vous


Ne manquez rien
de l'actualité business !

Recevez une fois par mois la newsletter InstinctBusiness.

Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Pour exercer ce droit, contactez : American Express Carte France, GCP, 4 rue Louis Blériot, 92561 RUEIL MALMAISON Cedex. Données collectées à des fins commerciales.