Véhicules d’entreprise : pour quel financement opter ?

Les véhicules d’entreprises représentent souvent un outil de travail indispensable pour les collaborateurs. Raison pour laquelle les choix les concernant, notamment en matière de financement, doivent être mûrement réfléchis.

Achat, location avec option d’achat (LOA), crédit bail ou encore location longue durée, sont autant de modes de financement d’une flotte automobile auxquels les TPE et PME peuvent prétendre. Leur choix dépendra alors souvent des usages qui sont fait des véhicules, de leur capacité d’endettement et des ressources dont elles disposent en interne pour la gérer.

Achat comptant ou à crédit

Dès lors que l’entreprise dispose d’une trésorerie suffisante et que les conducteurs effectuent moins de 20 000 km par an, l’achat comptant ou crédit des véhicules d’entreprises est alors souvent le mode de financement choisi. Il leur permet en effet de conserver les véhicules entre cinq et dix ans, au-delà de la période d’amortissement. L’entreprise acquière alors directement ses véhicules auprès du constructeur ou du concessionnaire, sans protocole d’achat ni de reprise. Ils deviennent sa propriété et renforcent son patrimoine. Dans le cas de ce mode de financement, la gestion administrative des véhicules est entièrement à la charge de l’entreprise. Cela vaut également pour l’entretien, l’assurance ou encore le renouvellement des pneumatiques. Ce mode de financement est donc recommandé pour les petites flottes de moins de dix véhicules.

La location avec option d’achat (LOA)

Si les capacités d’emprunt de l’entreprise sont limitées et que le nombre de véhicules en parc s’accroît, le crédit bail ou la location avec option d’achat (LOA) sont alors davantage conseillés. Ces modes de financement lui permettent de préserver ses capacités d’investissements pour les consacrer à d’autres projets. Les véhicules sont alors financés par un établissement de crédit pour une durée convenue. Ils restent la propriété de ce dernier jusqu’à ce que l’entreprise les rachète. Elle doit pour cela lever « l’option d’achat » définie en début de contrat.

Pour chaque véhicule, un dépôt de garantie est versé en début de contrat et une option d’achat est définie. La LOA a pour avantage, comme tous les contrats de location, de ne pas exiger d’apport initial. Néanmoins le crédit bail s’avère souvent moins risqué. En effet, il évite à l’entreprise les frais de remise en état appliqués à la LOA (si l’entreprise rend le véhicule en fin de contrat). L’investissement apparaît pour sa part en engagement hors bilan. Comme pour l’achat comptant ou à crédit, la gestion administrative des véhicules, l’entretien, l’assurance et la revente sont à la charge de l’entreprise. Cette formule est tout particulièrement adaptée aux artisans et PME souhaitant financer des véhicules de sociétés ou des utilitaires roulant moins de 20 000 km par an, tout en recherchant la meilleure optimisation fiscale.

La location longue durée (LLD)

La location longue durée est pour sa part adapté aux PME disposant d’un parc de véhicules important et souhaitant en externaliser le financement et la gestion auprès d’une société spécialisée en la matière. Les véhicules sont alors loués pour une durée et un kilométrage définis au préalables et généralement étalés sur une période de 36 à 60 mois pour 60 000 à 120000 km. Le montant du loyer est calculé sur la base de différents éléments : la valeur d’achat du véhicule, sa valeur résiduelle (valeur estimée à la revente du véhicule en fin de contrat), le taux de financement ainsi que les différents services auxquels l’entreprise souhaite souscrire : entretien, assurance, changement de pneumatiques, remplacement du véhicule en cas d’immobilisation, gestion administrative des véhicules (gestion des cartes grises, des amendes…)…

En se tournant vers un loueur longue durée, l’entreprise peut également bénéficier de prestations de conseil. Ces dernières peuvent conduire à optimiser les coûts liés à l’achat et à l’exploitation des véhicules. Elles peuvent également permettre d’en négocier la revente. L’entreprise peut également bénéficier des tarifs négociés par le loueur avec l’ensemble des prestataires automobiles, dont les constructeurs. Enfin, la LLD évite à l’entreprise les investissements improductifs qui peuvent alourdir son bilan et préserve ses capacités d’endettement. Elle ne nécessite aucun dépôt de garantie ni apport.

LeadGen

Besoin d’optimiser vos achats ?

Renseignez vos coordonnées pour qu’un conseiller American Express vous contacte gratuitement !

* Les champs marqués* sont obligatoires
Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Pour exercer ce droit, contactez : American Express Carte France, GCP, 4 rue Louis Blériot, 92561 RUEIL MALMAISON Cedex. Données collectées à des fins commerciales. 


Supplément partenaire réalisé et animé par American Express. La rédaction des Echos n'a pas participé à sa réalisation.

Inspirez-vous. Informez-vous


Ne manquez rien
de l'actualité business !

Recevez une fois par mois la newsletter InstinctBusiness.

Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Pour exercer ce droit, contactez : American Express Carte France, GCP, 4 rue Louis Blériot, 92561 RUEIL MALMAISON Cedex. Données collectées à des fins commerciales.