5 conseils pour réussir sa levée de fonds

Tout entrepreneur peut être amené à envisager une levée de fonds pour accompagner le développement de son activité.  Les projets en la matière sont, chaque année, toujours plus nombreux. Pour autant, très peu remportent l’adhésion des investisseurs. Raison pour laquelle il convient de soigner sa demande et de peaufiner son projet. Retour sur quelques conseils pratiques pour mettre toutes les chances de son côté dans ce moment critique.

1. Choisir le bon timing pour sa levée de fonds

Pour lancer un projet de levée de fonds, l’entreprise doit se trouver en phase de croissance et montrer des signes tangibles et chiffrés de bonne santé : croissance du chiffre d’affaires, perspectives de développement, augmentation constante du nombre de clients… . D’autre part, sachant qu’une levée de fonds peut prendre entre 9 à 12 mois, il est préférable de bien l’anticiper et de disposer de plusieurs mois de trésorerie d’avance. Rechercher des fonds avec une contrainte de temps peut en effet être voué à l’échec. De même d’ailleurs, que de se lancer trop tôt dans l’aventure…

2. Identifier les investisseurs pertinents

En matière de choix d’investisseurs, une connaissance fine des fonds d’investissement et de leur fonctionnement est un atout pour mieux les cibler. Par exemple, mieux vaut sélectionner les fonds qui connaissent le domaine d’activité dans lequel l’entreprise évolue. En effet, chaque fond a un cahier des charges d’investissement qui peut être sectoriel.

3. Préparer son pack investisseur

Etape essentielle pour décrocher un premier rendez-vous, le dossier de demande de fonds, autrement appelé « pack investisseur », doit intégrer différents éléments, dont le business plan. Pièce maitresse du dossier, il permet d’expliquer où en est l’entreprise, le projet de développement et les besoins en financement. Le business plan doit être présenté dans un document d’une vingtaine de pages tout au plus, respectant quelques règles de bases, sur le fond comme sur la forme. Il doit être lisible et compréhensible par tous, reprendre des termes qui parlent aux investisseurs (« les taux de transformation », « les coûts », « les revenus »), donner des chiffres précis, démontrer la viabilité et la rentabilité du projet de l’entreprise… Le pack investisseur doit également comprendre un « executive summary » qui synthétise l’ensemble du business plan. Ne pas oublier également d’inclure un pitch de présentation sous forme de slides ou encore une projection claire des besoins en financement.

4. Réussir le premier rendez-vous

Durant le premier rendez-vous, tout l’enjeu consiste à délivrer, généralement en moins d’une heure, les messages clés de son projet. Sans oublier de s’assurer que les investisseurs potentiels les ont bien intégrés. La compréhension du projet passera notamment par une présentation dynamique, passionnée et visuellement impactante. Il est à ce sujet important de définir les rôles de chacun dans la présentation, voir de se faire accompagner par un conseil extérieur pour les aspects légaux, financiers et stratégiques. Une bonne préparation est essentielle notamment pour anticiper les éventuelles remarques négatives et autres questions des investisseurs.

5. Négocier avec les investisseurs

L’étape de négociation enfin, permet notamment aux parties prenantes de trouver un accord sur une valorisation « raisonnable » de la société et sur les « conditions de sortie » de l’investisseur. La réussite de cette étape repose notamment sur la connaissance de l’entreprise quant aux pratiques des fonds d’investissements. Elle dépend aussi de la capacité de ses dirigeants à dialoguer avec eux. Le recours à un conseil extérieur tel qu’un avocat, est d’ailleurs souvent préconisé. Une fois celui-ci entériné et les audits financiers et juridiques réalisés, le pacte d’actionnaires peut être établie. Il est alors important d’établir les conditions qui permettront à l’entreprise de préserver une certaine latitude dans le pilotage de son activité. Une levée de fonds suppose en effet que le nouveau business partner siège dans les organes de décision. Mieux vaut donc que l’entreprise soient en phase avec son investisseur sur ses grandes orientations stratégiques.


Supplément partenaire réalisé et animé par American Express. La rédaction des Echos n'a pas participé à sa réalisation.

Inspirez-vous. Informez-vous


Ne manquez rien
de l'actualité business !

Recevez une fois par mois la newsletter InstinctBusiness.

Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Pour exercer ce droit, contactez : American Express Carte France, GCP, 4 rue Louis Blériot, 92561 RUEIL MALMAISON Cedex. Données collectées à des fins commerciales.